Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouvelle adresse du blog : www.silkroad-conseil.com/blog

L'histoire de la jeune fille qui traversa la rivière sur le dos d'un moine

Par Peggy L. Jan 25, 02:59 chine, voyage

Xiao Xia est la note estivale de l'hiver Shanghaien. C'est un jeune malvoyant exerçant l'ostéopathie chinoise appelée Tuina. Il ne juge pas ni ne donne son opinion. Par contre, il raconte des histoires.

Il était un jeune moine qui voyageait avec son maître. En chemin, ils rencontrèrent une jeune fille qui souhaitait traverser une rivière. Le vieux maître jugeant l'eau de la rivière peu profonde, prit la jeune fille sur son dos, traversa le cours d'eau à pied et la déposa sur l'autre rive.

Les moines reprirent leur route, mais le jeune homme semblait perturbé. Il resta tourmenter pendant quelques kilomètres de marche avant d'oser demander à son maître : « Notre religion ne nous permet pas d'approcher la gente féminine, pourquoi avoir pris cette jeune fille sur votre dos ? » Le vieux maître répondit : « Cette jeune fille, je ne l'ai porté que quelques mètres sur mon dos, alors que ta réflexion, cela fait des kilomètres que tu la portes. »

Huangshan

Huangshan

The story of the young lady who crossed the river on the back of a monk

Xiao Xia is the summery note of Shanghainese winter. He is a visually impaired young man. He practices Chinese osteopathy called Tuina. He doesn't give judgement or opinion. But he tells stories.

Once upon a young monk who travelled with his master. On the way, they met a young lady who want to cross a river. The old master judging the shallow water, carried the lady on his back, crossed the river by feet and left her on the over side.

The monks went on their way, but the young one seemed to be disturbed. He kept be troubled during many kilometers, before asking his master : « Our religion do not allowed us to have proximity with females, why did you carry this lady on your back ? » The old master answered : « I carried this lady just for many meters, you have borne your reflexion during such kilometers. »